08 décembre 2008

Saichô 最澄 767-822

     Moine du début de l'époque Heian et fondateur de l'école Tendai. Saichô est originaire de la province d'Ômi et membre du clan Mitsu (三津氏) qu'une tradition rattachait à la lignée impériale chinoise.

     Il commence son étude du bouddhisme auprès du moine Gyôhyô (行表, 724-797) du Daian-ji (大安) qui l'initia aux doctrines du Yuishiki et du Tendai. Il reçut les commandements en 785 au Tôdai-ji qu'il quitta peu de temps après la même année pour se bâtir un ermitage au mont Hiei (比叡山), ou il se consacra à la pratique religieuse et à l'approfondissement de la doctrine Tendai. En 788, son ermitage devient l'Ichijô shikan in (一乗止観院). Il est nommé en 797 chapelain impérial (naigubu, 内供奉) et institue l'année suivante les exposés rituels sur le sûtra du Lotus (Hokke-kyô, 法華経) qui deviendra une cérémonie importante du Tendai. En 802 il expose les Trois Grands Traités du Tendai (Tendai sandaibu,天台三大部) au Takaosan-ji (高雄) de Kyôto, temple du clan Wake (和気氏) dont il devient le protégé. C'est grâce à la recommandation de Wake no Hiroyo (和気の広世) qu'il parti pour la Chine pour étudier en profondeur la doctrine du Tendai, apprise et transmise de façon peu satisfaisante au Japon. Il intègre pour cela une mission diplomatique japonaise (Ken tôshi, 遣唐唐) débarquant fin 804 en Chine.

     Il se rend auprès des principaux religieux du Tendai chinois, Daosui (jap. Dôsui, 道邃) disciple de Zhanran (jap. Tannen, 湛然) et septième patriarche de l'école. Il se rend également sur la tombe du fondateur de l'école au VIème Zhiyi (jap. Chigi, 智顗) sur le mont Tiantai. Il s'initie à l'ésotérisme. Début 805, il reçoit le commandement parfait (Endon-kai, 円崸戒) des mains de Dôsui. Il peu ainsi se prévaloir du en-mitsu-zen-ritsu (円密禅律).

     Le prestige du voyage en Chine lui permit de faire reconnaître l'école Tendai comme l'école indépendante en obtenant de pouvoir ordonner deux moines dans le Tendai.

     807 est pour Saichô une période de stagnation : son protecteur l'empereur Kammu (桓武天皇) est mort et l'empereur Saga (嵯峨天皇) lui succède, Kukai (空海) est rentré de Chine. Saichô s'active alors à la diffusion et à l'implantation du Tendai au Japon, tandis que ses rapports avec Kukai allaient en se détériorant.

     Il voyage jusqu'en 816 puis rentre au mont Hiei et partage son activité entre les controverses doctrinales et les démarches en vue d'obtenir la reconnaissance officielle d'une estrade d'ordination (kaidan, ) pour le Tendai, indépendant des monastères de Nara.

     Du point de vue doctrinal, il s'opposa essentiellement au religieux Tokuitsu (徳一) de l'école Hossô (法相) qui conteste les vues du Tendai sur la présence universelle de la nature de Bouddha chez les êtres.

     Saichô écrivit également dans le domaine de la discipline monastique et la spécificité du Tendai dans ce domaine : dans le Sange gakushô shiki (le formulaire des clercs du Tendai, 山家学生式) en 818 (Kônin [弘仁], 9), Saichô prône la supériorité des commandements de bodhisattvas du Véhicule Unique (ichijô bosatsu kai, 一乗菩薩戒) sur les commandements anciens et réclame un centre d'ordination indépendant pour les moines du Tendai. Dans le Kenkai-ron (戒論) ou “ traité de la manifestation du commandement ”, Saichô critique les conceptions anciennes de la discipline monastique défendue par les écoles de Nara.

     La cour hésita à accorder à Saichô son estrade d'ordination indépendante au mont Hiei, devant la pression des groupes de Nara.

     Saichô meurt en 822 (Kônin [弘仁], 13) et son estrade d'ordination est accordée une semaine après sa mort. En 827, le Kaidan-in (“ pavillon des ordinations ”, 戒壇) est inauguré.

     En 866 (Jôgan, 8) est conféré à Saichô le titre posthume de “ grand propagateur de la doctrine ” (Dengyô Daishi, 伝教大師).

     Bibliographie :

  • Maison franco-japonaise, Dictionnaire historique du Japon, "Saichô", Maisonneuve et Larose, 1961-1995.

Posté par Le Xamurai à 22:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Saichô 最澄 767-822

Nouveau commentaire