08 décembre 2008

Guerre de Geimpei

Les rivalités des familles de cour utilisant leur bushi pour régler leur comptes ont amener ces derniers dans une compétition pour les honneurs. La jalousie du Minamoto à l'encontre du Taira déboucha sur les troubles de l'ère Heiji de l'an 1160 et qui joua un rôle décisif dans l'effondrement de la noblesse et la montée au pouvoir de la classe guerrière. Kiyomori s'était habilement élevé dans la hiérarchie en s'alliant avec Fujiwara no Michinori (藤原の通憲) proche de l'empereur retiré Go-Shirakawa-in. Minamoto no Yoshitomo qui lui aussi s'était montré vaillant au point de se dresser contre d'autres membres de son clan, fut bien moins récompensé. Il s'allia alors avec un parti de mécontent dont Fujiwara no Nobuyori (藤原の信頼) qui briguait la place de général des garde du corps (konoe no taishô, 近衛の大将) occupée par Michinori. C'est l'antagonisme entre ces deux « partis » qui déclencha les troubles. Janvier 1160, profitant d'un pèlerinage de Kiyomori à Kumano (kumano môde, 熊野詣), Yoshitomo et Nobuyori pour lever des troupes et attaquèrent la résidence de l'empereur retiré qu'ils menèrent au palais impérial et incendièrent la maison de Michinori. Ce dernier s'enfuit en direction de la province de Yamato mais se suicida en chemin. Une fois au palais, Nobuyori présida une séance de nomination ou il se décerna le titre de général des gardes du corps, et Yoshitomo reçu en gestion la province de Harima. Kiyomori, averti, rentra en toute hâte à la capitale. Quelques jours plus tard, de nuit, il recueilli l'empereur dans sa résidence de Rokuhara puis le fit transférer au Ninna-ji. Ayant reçut l'ordre de châtier les deux séditieux, il envoya contre le palais impérial son fils Shigemori et son frère Yorimori qui écrasèrent Nobuyori à Rokujôgawara. Nobuyori s'enfuit à la cour de l'empereur cloitré pour y trouver refuge, mais il est arrêté et exécuté. Yoritomo fut défait lors de son attaque sur Rokuhara et s'enfuit en direction des provinces de l'est. À Owari chez un vassal auprès duquel il pensait pouvoir trouver appui, il fut assassiné et son fils Yoshihira (義平) connu le même sort. Seul Yoritomo fut envoyé en exil, à Izu (伊豆). la puissance de la famille Taira pesait dès lors sur la noblesse et toutes les forces capables de résister à Kiyomori avait disparu. Kiyomori s'assura de sa position prééminente à la cour tout en restant le chef d'une famille de guerriers aux ramifications nombreuses.

Taira no Kiyomori chercha à consolider sa puissance à la cour, et essaya pour cela de devenir grand-père d'empereur, ce qu'il réussi avec Antoku tennô. Cependant, il s'attira l'hostilité des nobles de la cour, des établissements religieux et de la cour de l'empereur retiré Go-Shirakawa-in. Bien plus, son intrusion dans le monde de la cour a peut-être contribué à en détruire les délicats équilibres et l'image dans le pays.

L'initiative du prince Mochihito (以仁王) en 1180 demandant la destruction des Taira, la tentative manquée de Minamoto no Yorimasa (の頼政), puis l'entreprise méthodique de Yoritomo (源の頼朝) à partir des provinces de l'est, aboutirent à la guerre dite « de Gempei » (Gempei no tatakai, 源平の戦) ou après cinq années de lutte, le clan Taira fut vaincu provoquant par là même la mort du très jeune empereur Antoku.

Les conflits de cette guerre sont marqués par les troubles de l'ère Heiji de 1160 et par une guerre continue depuis l'an 4 de Jishô (治承) jusqu'à l'an 1 de Bunji (文治), c'est à dire de 1180 à 1185.

les rivalités entre aristocrates civil des kuge (), qui pour régler leurs différents ont fait appel aux clans de guerriers, sont la première cause de cette guerre. Au sommet des guerriers, les Minamoto et et les Taira. Ces deux clans réalisèrent alors la force dont ils pouvaient disposer et qu'ils pouvaient devenir autre chose que des jouets entre les mains de l'aristocratie de Cour. Les Taira avaient réussi à s'approprier le monopole du service auprès de la Cour en évinçant les Minamoto lors des troubles de l'ère Heiji. Les Taira avaient également pris soin de consolider leur pouvoir à la Cour et d'étendre leur influence en particulier sur les provinces de l'Ouest. La guerre de Gempei fut quant à elle bien plus que de simples escarmouches proche ou dans Kyôto. Ils s'agissait en effet d'un véritable choc entre l'aristocratie de Cour dont les Taira représentaient la force militaire et la classe entière des guerriers menée par le clan Minamoto. La guerre s'y étendit de Kyûshû jusqu'au Kantô.

En avril 1180, le prince Mochihito donne l'ordre d'éliminer les Taira. Minamoto no Yorimasa le suit pour soutenir ses prétentions au trône. Il chercha à s'adjoindre l'aide de ceux de son clan, mais découvert, il est encerclé par une troupe de guerriers des Taira à Uji (宇治). Yorimasa se suicida dans le Byôdô-in (平等院), tandis que le prince Mochihito était abattu d'une flèche pendant sa fuite.

À l'été 1180, Minamoto no Yoritomo réfugié en Izu, se soulève en faveur du prince Mochihito après avoir vaincu une force Taira, Yoritomo perd la bataille du Mont Ishibashi (Ishibashi yama no tatakai, 橋山) où il avait rejoint des partisans et établit son campement. Il y fut attaqué par Ôba Kagechika envoyé par Kiyomori pour le battre. Yoritomo fut contraint de s'enfuir par mer dans la province d'Awa (安房国) tandis que ses partisans ralliaient le Kantô. Pendant ce temps, Yoshinaka, un cousin de Yoritomo, répond à l'appel du prince Mochihito et lève des troupes dans la province de Shinano (信濃国).

Ayant reconstitué ses forces, Yoritomo chercha de nouveaux à marcher sur l'Ouest. Taira no Koremori (維盛), général en chef du clan Taira, se porta sa rencontre. Les deux armées se retrouvent face à face, de par et d'autre de la rivière Fuji (富士川), prêt pour la bataille (富士川). pendant la nuit, Takeda no Nobuyoshi, un allié de Yoritomo, chercha à contourner le camp des Taira, s'enfonça dans des marécages avec ses hommes et surprit par inadvertance des dizaines de poules d'eau qui s'envolèrent affolées. Les guerriers Taira, prenant les cris des volatiles pour une clameur de soldats ennemis, furent pris de panique et s'enfuirent. Koremori dût rentrer à Kyôto en catastrophe. Yoritomo quant à lui ne chercha pas à exploiter sa victoire et préféra rentrer à Kamakura pour consolider les bases de son autorité dans l'Est.

En septembre 1181, Yoshinaka envahit la province d'Echigo et prend la route de la capitale en longeant la route du Hokurikudô (北陸道).

Les famines de l'année 1186, provoqué par l'état de siège et les passages de troupes provoquent un armistice virtuel entre les deux partis.

En mai 1183 (Jûei 寿永, 2), Taira no Koremori à la tête de dit-on cent mille guerriers, marche contre Yoshinaka. Les deux armées se rencontrent au Mont Tonami qui sépare les provinces de Kaga (加賀国) et d'Etchû (越中国). Yoshinaka, profita de la nuit, et, faisant pousser devant ses guerriers des troupeaux de boeufs en direction du camp ennemi, il attaqua les Taira à l'improviste. Ceux-ci surpris en pleine nuit et bousculés par les bêtes, dévalèrent, hommes et chevaux pêle-mêle, dans une indescriptibles pagaille, les pentes de la montagnes vers la passe de Kurikara. La victoire de Yoshinaka était complète. Il marcha sur Kyôto, installa ses quartiers au Mont Hiei en juillet 1183 et fit occuper la ville.

Avant l'arrivée de Yoshinaka, le clan Taira, dont Munemori (宗盛) était le chef depuis la mort de Kiyomori en février 1181, avait pris la décision vers juin de 1183 de se retirer avec le jeune empereur Antoku dans les provinces de l'Ouest ou le clan avait de solides appuis.

Allant d'erreur politique en erreur, Yoshinaka finit par se mettre l'aristocratie de Cour à dos par le manque de souplesse et l'arrogance dont il faisait preuve à leur encontre. L'empereur retiré Go-Shirakawa-hôô se heurta avec lui notamment au sujet des pillages de la capitale par les vassaux de Yoshinaka et autorisé par lui sous prétexte d'un manque de ravitaillement. Go-Shirakawa-hôô demanda ainsi officiellement à Minamoto no Yoritomo d'anéantir son cousin. Yoritomo dépêcha ses jeunes frères Noriyori (範頼) et Yoshitsune (の義経) pour attaquer Yoshinaka. En janvier 1184, (Jûei, 3), la bataille eu lieu su les bords de la rivière Uji (宇治川). Yoshinaka fut vaincu et dut s'enfuir. Il fut de nouveau vaincu et cette fois tué à la bataille d'Awazu (     ) dans la province d'Ômi (近江国).

Les Taira profitèrent des guerres faisant rage au sein des Minamoto pour reconstituer leurs forces à Fukuhara (福原) avec laquelle ils pensaient reprendre la capitale. C'est pourquoi les généraux minamoto, Noriyori et Yoshitsune, se décidèrent à aller au devant des Taira. En février 1184, Yoshitsune fit attaquer le camp Taira d'Ichinotani par le côté ouest tandis que lui-même attaquait de l'autre côté avec une poignée de combattant. Se voyant attaqués de toutes parts, coincés entre mer et montagne, les Taira ne purent déployer leurs troupes qui s'enfuirent vers des bateaux pour embarquer. Les Taira perdirent dans cette bataille d'Ichinotani (Ichinotani no tatakai, 一ノ谷) leurs principaux généraux, capturés ou tués.

Les Taira survivant se réfugièrent par delà la Mer Intérieure (Seto naikai, 瀬戸内海), à Yashima (屋島) en Sanuki (讃岐国) sur l'île de Shikoku (四国). Noriyori longea le San'yôdô (三陽道) le long de la Mer Intérieure, mais se retrouva vite en mauvaise posture, entre le reste des Taira établis à Hikoshima (彦島) et ceux réfugiés à Yashima. Le moral des Minamoto commençait à faiblir, et chacun sentant le vent de la défaite. En février 1185 Yoshitsune prend sans consulter Yoritomo la décision de faire passer des troupes de l'autre côté de la mer dans la province d'Awa. Les Taira, surestimant les forces minamoto, fuirent vers le détroit de Shimonoseki (下関) avec le jeune empereur Antoku, abandonnant leur base de Yashima aux mains de Yoshitsune.

Le dernier point de résistance des Taira était situé dans le détroit de Shimonoseki, sur l'île de Hikishima. Cet endroit stratégique permet de contrôler le passage entre le Kyûshû, le Chûgoku et la Mer Intérieure. Les Taira choisirent de combattre les Minamoto sur le côté est du détroit à Dan no Ura (浦の戦い), pensant qu'une une bataille navale leur donnerait l'avantage sur les Minamoto moins expérimentés dans ce domaine. En 1185, les deux flottes s'affrontèrent dans un lieu où la marée est traitre et rapide. Celle-ci fut favorable aux Taira dans la première moitié de la bataille, mais changea de camp en faveur des Minamoto. Perdant tout courage, nombre de Taira se suicidèrent en se jetant à la mer. La veuve de Kiyomori, Nii no Ama, pris son petit-fils l'empereur Antoku dans ses bras et se jeta dans les flots. Munemori fut capturé et exécuté peu après dans la province d'Ômi. Les Minamoto restèrent les seuls en représentants de la classe guerrière.

Bibliographie :

  • SAMSON, George, Histoire du Japon, Fayard, 1988.
  • Maison franco-japonaise, Dictionnaire historique du Japon, "Gempei no tatakai", Maisonneuve et Larose, 1961-1995.
  • SOUYRI, Pierre-François, Le monde à l'envers : la dynamique de la société médiévale, Maisonneuve et Larose, 1989.

Posté par Le Xamurai à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Guerre de Geimpei

Nouveau commentaire